Accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Actualités

 
 
 
     

 

La visite de Xi Jinping en Europe va dynamiser les relations Chine-UE
French.china.org.cn | Mis à jour le 19. 03. 2019 | Mots clés : Xi Jinping, Europe

Le président chinois Xi Jinping se rendra en Italie, à Monaco et en France du 21 au 26 mars, alors que les Etats-Unis font pression sur leurs alliés de l’Union européenne (UE) pour les aider à contenir la Chine. Selon des experts, les pays européens doivent prendre des décisions pragmatiques et en toute indépendance dans leurs relations avec la Chine pour une coopération gagnant-gagnant.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, a annoncé lundi la visite de M. Xi en Europe. Il s'agit de la première visite d'un président chinois en Italie depuis une décennie. La dernière fois, c'était le président chinois Hu Jintao en 2009. C'est également la première visite d'Etat d'un président chinois à Monaco.

Le fait que le président Xi choisisse l'Europe comme destination de son premier voyage à l'étranger cette année montre que la Chine attache une grande importance au continent, a déclaré lundi le Conseiller d'Etat chinois et ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, lors d'une conférence de presse à Bruxelles. M. Wang était à Bruxelles lundi pour participer au neuvième tour du dialogue stratégique de haut niveau entre la Chine et l'UE.

Ce voyage envoie également un signal clair, à savoir que malgré les changements dans la situation internationale, la diplomatie chinoise accorde toujours la priorité à l'Europe, a déclaré M. Wang. Il a souligné que ce voyage fournirait une énergie plus positive pour préserver le multilatéralisme et contribuerait à l'engagement des pays européens dans l'initiative " La Ceinture et la Route " proposée par la Chine.

Plus tôt en mars, avant que la Chine n’annonce cette visite, l'Italie avait manifesté son intérêt pour se joindre à cette initiative, faisant du pays le premier membre du G7 à le faire. Washington avait alors averti que l’intention de Rome de s’associer à ce projet pourrait " nuire à sa réputation internationale ".

Cependant, la pression américaine n’a eu que peu d’effets. Après l'Italie, Malte, membre de l'UE et pays insulaire de la Méditerranée, a annoncé qu'elle envisageait également de participer à " La Ceinture et la Route ". Dans une interview avec CNBC, Edward Scicluna, ministre des Finances de Malte, a déclaré que " certains préjugés " [à l’égard de la Chine] ne devaient pas entraver les bonnes opportunités commerciales.

Wang Yiwei, professeur à l'Ecole des relations internationales de l'Université Renmin de Chine, a estimé que de plus en plus de pays européens commençaient à prendre des décisions indépendantes et pragmatiques lorsqu'ils traitaient avec la Chine pour servir leurs propres intérêts, car dans de nombreux cas, l'UE et les Etats-Unis ne peuvent pas résoudre efficacement leurs problèmes. Par exemple, l'Italie ne peut recevoir d’aide des Etats-Unis et de l'UE pour résoudre ses difficultés économiques et financières. L'Italie a également des différends avec l'UE en matière d'immigration, a déclaré Cui Hongjian, directeur des études européennes à l'Institut chinois d'études internationales, au Global Times. " Une coopération accrue avec la Chine pourrait aider l'Italie à faire face à ses défis ", a-t-il noté.

La philosophie chinoise en matière de relations internationales est d’édifier une communauté de destin pour l'humanité, et les pays doivent prendre des décisions indépendantes concernant leur avenir, a remarqué M. Wang.

L'agence de presse Xinhua a rapporté qu'Albert II, le monarque régnant de la principauté de Monaco, s'était rendu en Chine à dix reprises. Il est membre du Comité international olympique et a soutenu les candidatures de la Chine, notamment pour les Jeux olympiques d'hiver de 2020 à Beijing.

M. Xi, parlant des relations sino-monégasques, avait déclaré que même si les deux pays sont très éloignés et leurs conditions nationales très différentes, ils peuvent malgré tout se respecter mutuellement, se traiter sur un pied d'égalité et mener une coopération gagnant-gagnant. Selon Xinhua, il s’agit d’un bon exemple des relations entre pays différents. Les observateurs chinois ont également noté que les relations entre la Chine et Monaco constituaient un modèle idéal aux pays européens pour traiter avec la Chine.

Protéger le multilatéralisme


Après l'Italie et Monaco, la France est la dernière étape du voyage du président chinois. M. Lu a indiqué que M. Xi rencontrerait le président fran?ais Emmanuel Macron et que les deux parties échangeraient leurs points de vue sur les relations Chine-France, Chine-UE et d'autres questions internationales et régionales.

La Chine et la France entretiennent une communication étroite sur des questions telles que la sauvegarde du multilatéralisme, l'amélioration de la gouvernance mondiale et la lutte contre les changements climatiques, a noté M. Lu.

Sauvegarder le multilatéralisme est un objectif commun de la Chine et de l'UE, a déclaré M. Cui, car dans un contexte où les Etats-Unis adoptent l'unilatéralisme en se retirant d'organisations et d'accords internationaux, la Chine et l'UE en sont les victimes, comme d'autres membres.

La Chine et la France sont également responsables et capables d’équilibrer l’impact négatif de l’unilatéralisme américain, ont noté les analystes chinois. Sur des sujets tels que les changements climatiques, l'accord sur le nucléaire iranien et les réformes de l'OMC, la Chine et la France ont beaucoup en commun, ont-ils déclaré.

L'UE nourrit cependant des préoccupations à l’égard de la Chine. La Commission européenne a publié un document intitulé ? UE-Chine : perspectives stratégiques " le 12 mars, affirmant que la Chine était ? un concurrent économique dans la recherche du leadership technologique et un rival systémique promouvant des modèles alternatifs de gouvernance ".

L'attitude changeante de l'UE à l'égard de la Chine est principalement due à des pressions internes. La Chine et les Etats-Unis sont engagés dans des négociations commerciales, ce qui suscite des inquiétudes en Europe. Une fois que les deux parties seront parvenues à un accord, l'UE craint que Beijing n'accorde aux Etats-Unis davantage d'accès au marché, a déclaré Chen Fengying, chargé de recherche aux Instituts chinois de relations internationales contemporaines.

De telles préoccupations sont inutiles, car la Chine maintiendra un équilibre entre les Etats-Unis et l’UE et ne sacrifiera pas les intérêts de l'Europe pour satisfaire ceux des Etats-Unis, a déclaré Wang Yiwei.

Interrogé sur les frictions commerciales sino-américaines, pour savoir si elles présenteraient des opportunités ou auraient un impact négatif sur les relations sino-européennes, le premier ministre chinois Li Keqiang avait souligné vendredi lors d'une conférence de presse que la Chine n'exploiterait aucune tierce partie, ni ne ciblerait ou nuirait aux intérêts d’une tierce partie. Les frictions commerciales sino-américaines ne concernent que la Chine et les Etats-Unis, avait ainsi remarqué le Premier ministre.

M. Cui a enfin noté que " la Chine doit être pragmatique et se tirer parti des préoccupations de l’UE pour s'améliorer dans des domaines tels que la transparence et l'ouverture ".


Source:china.org.cn